Logo infobelge
Newsletter

 

Opinion

Marghem comme subjuguée par le réchauffement climatique

En proposant de subordonner l’ensemble de notre arsenal législatif à la lutte contre le réchauffement climatique, la ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable Marie-Christine Marghem propose, involontairement, une sorte de « dictature écologique ». Attention danger.

 

Les manifestations des rhétoriciens (on parle de 35.000) pour « sauver le climat » émoustillent les politiciens de tout bord. Eux aussi, bon sang, ont été jeunes. Que ne voudraient-ils manifester aussi dans les rues pour sauver la planète ! Mais voilà : ils gèrent les affaires courantes et la contingence : la croissance économique n’attend pas.

Par parenthèse, en terme d’édification politique, que dirait-on si les écoliers manifestaient en faveur du moteur diesel !

C’est dans ce contexte que, courant toujours après Ecolo depuis les élections communales, Marie-Christine Marghem était interrogée hier sur la Première par Thomas Gadisseux dont les questions trahissaient un clair engagement écologiste citoyen (comme près de la moitié des journalistes en Fédération Wallonie-Bruxelles…).

A côté de réflexions censées sur la manière de canaliser le capitalisme en récompensant les entreprises « vertes », la ministre a sorti cette perle : elle entend en effet faire voter une Loi climat avec les trois ministres régionaux pour « entendre la contestation ». Mais aussi que « toutes les autres politiques soient subordonnées ou en tout cas analysées par le prisme de la lutte contre le réchauffement climatique (5 :50) ». Elle précise d’ailleurs parler au futur simple et non au conditionnel.

Ce faisant, la ministre MR met un dangereux pas dans le sens d’une sorte de dictature climatique. A quand le réchauffement climatique inscrit dans la constitution ?

Ce problème est crucial bien sûr. Mais il n’est pas le seul. Déclassement économique, révolution digitale, migration de masse, qualité de notre enseignement : il y a d’autres enjeux majeurs en ce 21e siècle. On ne peut pas, bien sûr, les subordonner tous au réchauffement climatique.

image Rédaction InfoBelge

RÉDACTION INFOBELGE
InfoBelge.com